Après les banlieues et la Guadeloupe à qui le tour ?

Publié le par gafreddy

 

Alors que le conflit en Guadeloupe est en passe de se terminer, on peut légitimement se demander qui sera le prochain, tant la politique menée par l'UMP depuis des années conduit le pays droit dans le mur.


Ainsi, avant l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, il y avait déjà l'UMP version Jacques Chirac ayant donné lieu à l'explosion des banlieues que l'on connait, celle-ci ne devant pas faire oublier les grèves de 1995 et les manifestations anti-CPE.


Sous l'UMP de Nicolas Sarkozy, après la mobilisation du mois de février et l'explosion en Guadeloupe, le 4ème collectif budgétaire pour l'année 2009 démontre par les résultats l'échec total de la politique économique de l'UMP : un déficit d'Etat de plus de 100 milliards d'euros, une récession de – 1,5 %,une augmentation minimale du chômage de + de 300.000 personnes, un déficit de la sécurité sociale de plus de 18 milliards d'euros.


Autrement dit, il s'agit des plus mauvais résultats de tous les gouvernements depuis 1945. Pour autant, les français semblent passif face à cet échec qui n'est d'ailleurs pas le seul notamment dans le domaine de la politique pénale.


Ainsi, grâce aux réformes successives de l'UMP en matière pénale, une femme peut poignarder sa fille, contraindre son fils de s'accuser du geste et de rester libre dans l'attente de son procès. Demain, grâce à la loi pénitentiaire, les bandes et gangs des banlieues dont l'activité délictueuse est en hausse (+ 11 %) vont pouvoir renforcer l'emprise sur leurs territoires grâce aux bracelets électroniques. En effet, la loi pénitentiaire prévoit que toute personne condamnée à une peine inférieure à 6 mois de prison ferme aura le droit demander de ne pas aller en prison mais de pouvoir retourner chez lui doté d'un bracelet électronique.


Autrement dit les « guetteurs », les occasionnels et petits revendeurs de drogue n'iront plus en prison mais seront obligé de rester chez eux, pouvant pointer du doigt ceux qui auront collaborer avec la police pour qu'ils soient arrêtés et reprendre leur surveillance depuis la fenêtre de chez eux.


Les résultats montrent que l'UMP et le gouvernement actuel sont en situation d'échec. La politique menée depuis des années consistant en des exonérations de charges pour les entreprises et e modération des salaires est un échec cuisant. Pourtant, en refusant d'augmenter les salaires et en exonérant totalement de charges sociales les entreprises de moins de 10 salariés le gouvernement maintien sa politique. La dernière idée émise par ce brillant parti politique serait de permettre aux salariés bénéficiaires de ticket restaurant de pouvoir payer leurs fruits et légumes avec ces tickets.

La prochaine étape, faute de comprendre l'urgence d'une augmentation des salaires sera-t-elle la distribution de « bons repas » pour les familles venant se joindre aux « bons pour gardes d'enfants à domiciles » annoncés par Nicolas Sarkozy ?


Prime de transport, prime pour l'emploi, « bons pour garde d'enfants à domicile », prime fioul, la prise en charge par l'Etat de plus en plus grande de la satisfaction des besoins des ménages démontrent l'insuffisance des rémunérations du travail pour permettre aux salariés de vivre normalement.


Aussi, faute de changement, à qui le tour ?


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article