Rejet de la loi Hadopi : l'UMP dénonce une manœuvre du parti socialiste

Publié le par gafreddy

 

Pour expliquer le rejet du projet de loi Création et Internet, l'UMP prétend avoir été victime d'une manœuvre du parti socialiste selon le scénario suivant : au début de la séance les députés UMP, peu nombreux, sont en nombre supérieurs aux socialistes et sont donc assurés d'être majoritaire. Puis, au moment de passer au vote les membres du gouvernement ne se sont pas rendu compte que des députés socialistes étaient entré au dernier moment dans l'hémicycle pour prendre part au vote en étant ainsi devenu majoritaire.


Mais en réalité il n'y a pas de « manœuvre possible » si les députés UMP, détenteurs de la majorité absolue à l'Assemblée (320 sièges sur 577) étaient plus présents et surtout plus concernés par le vote de ce texte. Avec 15 députés UMP présents en tout et pour tout dans l'hémicycle il est certain que c'est prendre le risque de se faire mettre en minorité.


A ce titre, il serait bon de s'interroger sur la valeur d'un texte de loi qui ne serait adopter que par 15 ou 20 députés. Quel crédit, quelle légitimité accordée à une loi votée par seulement 15 ou 20 députés sur 577 ?


Quand l'on qualifie notre République actuelle de « monarchie de fait » on a un exemple significatif de ce que cela signifie: le pouvoir exécutif n'a nul besoin de la majorité parlementaire pour faire adopter des textes de loi, il lui suffit d'un nombre de députés supérieurs à ceux de l'opposition présents dans l'hémicycle pour faire adopter des textes de loi.


Cette parodie républicaine, cette fausse séparation des pouvoirs entre l'exécutif et le législatif va amener le gouvernement à présenter de nouveau le texte à l'Assemblée Nationale, montrant ainsi que celle-ci n'est pas souveraine mais tenue d'avoir une attitude conforme aux vœux de l'exécutif.


Cet épisode démontre bien ce qu'est notre régime politique actuel : une « ploutocratie » où quelques bien-pensants membres du cabinet du seul chef de l'exécutif dirige l'ensemble du pays en disposant de tous les pouvoirs.


Au moment des Européennes et des Régionales aux électeurs de dire s'ils sont d'accord ou non avec cette confiscation du pouvoir par les ploutocrates actuellement au pouvoir.

 

Commenter cet article