Les salariés ne séquestrent pas ils font simplement faire des heures supplémentaires à leurs dirigeants

Publié le par gafreddy

 

Les salariés des entreprises en cours de fermetures ne retiennent nullement en otage qui que ce soit. Il n'y a aucune demande de « rançon », il n'y a ni entraves aux poignets, ni bandeau sur les yeux.


Non. En fait les salariés ne font qu'appliquer la devise elyséenne : « Travailler plus pour gagner plus ». En effet, face à une direction qui annonce des licenciements ou une fermeture d'usine les ouvriers et employés pourraient être tentés par le fait de tout laisser tomber et de ne se préoccuper que de leurs personnes en se mettant en arrêt maladie pour chercher du travail ailleurs. Au contraire, encouragés par le volontarisme du Chef de l'Etat, syndicats et salariés se mettent au travail pour négocier la mise en place des mesures annoncées sans compter leurs heures et leurs peines.


Leurs objectifs ? Obtenir moins de licenciements et plus d'indemnisation pour les partants, c'est donc bien pour gagner plus que les ouvriers font des heures supplémentaires pour négocier ces plans sociaux. Et de la même façon que les salariés sont libres de faire des heures supplémentaires ou de travailler le dimanche, les dirigeants des entreprises font des heures supplémentaires volontaires pour que les négociations aboutissent.


Nicolas Sarkozy souhaite réconcilier la France avec le travail, les salariés licenciés ou victimes de fermetures l'ont entendus et le suivent ne comptant ni leurs heures ni leurs efforts pour travailler et négocier les plans sociaux.

Commenter cet article