1050 cadets de la police non incorporés : le résultat de la politique de réductions du nombre des fonctionnaires

Publié le par gafreddy

Nicolas Sarkozy applique d'une façon rigoureuse une politique de suppression de postes dans la fonction publique qu'il estime approuvé par la majorité des français. De fait, l'absence de réactions des français à cette politique et la victoire de l'UMP aux élections européennes tendent à démontrer qu'effectivement les français sont pour cette politique.

 

Cependant, la remise en cause des incorporations suite à un concours va peut être faire changer d'avis certains français, du moins ceux dont les enfants sont concernés.

 

Ainsi, 1050 cadets de la République qui devaient intégrer cette formation au 1er septembre viennent de recevoir une lettre leur annonçant qu'ils ne pourraient pas intégrer celle-ci comme prévue au 1er septembre pour des raisons budgétaires. A ceux-ci il faut ajouter (selon le syndicat Alliance-police)

2.700 personnes ayant réussis le concours de gardien de la paix ainsi que 700 adjoints de sécurité qui sont en attente d'affectation.

 

Ce qui aujourd'hui touche la Police est destiné à toucher tous les corps de la fonction publique, même les plus élevés, puisque la règle du non remplacement des fonctionnaires s'appliquent à l'ensemble de la fonction publique.

 

Aussi les parents qui paient des écoles préparatoires et des études à leurs enfants doivent commencer à se demander ce que vont faire leurs enfants en cas de réussite à leur formation ou concours faute de places disponibles...

 

Peut être que certains français voyant leurs enfants rester sur « le carreau » malgré leurs efforts et leur réussite vont commencer à penser différemment à la politique de réduction systématique des postes dans la fonction publique menée aveuglément par l'UMP depuis plus de deux ans.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article