Grâce à la CFDT et la CFE-CGC le MEDEF triomphe et Parisot demande une réforme pour faciliter les licenciements économiques :

Publié le par gafreddy

 

Tous les salariés de France victimes de pressions au départ et de licenciements économiques vont pouvoir remercier la CFDT et la CFE-CGC de permettre au MEDEF de demander une réforme des licenciements économiques dans le but de les rendre plus rapides et plus sécurisés face au risque prudhommal (Le Figaro 05.02.2009).


Bien entendu, le MEDEF ne serait pas en position de faire cette proposition et campagne si elle avait en face d'elle des syndicats de salariés unis pour défendre les intérêts de leurs adhérents et soucieux de la sécurisation des emplois et parcours professionnels.


Seulement il existe la CFDT et la CFE-CGC. Ces deux syndicats, en validant la rupture conventionnelle du contrat de travail avaient déjà montré que leur principale revendication n'était pas la sécurisation des emplois mais le fait d'être bien vue par le patronat et le gouvernement.


Cette tendance se confirme puisque la CFDT a annoncé qu'elle signera la nouvelle convention d'assurance chômage et la CFE-CGC qu'elle ne s'opposera pas à l'application de ce texte le rendant ainsi applicable.


Ainsi, le sort de l'assurance chômage réglé, les départs volontaires étant facilités, le MEDEF n'a plus comme préoccupation que de demander une réforme des licenciements économiques dont elle sait qu'elle sera acceptée par la CFDT qui a décidé de liquider les droits sociaux en France.


On peut féliciter la CFDT de sa stratégie de négociation, acceptation et collaboration avec le MEDEF qui permet aux entreprises de demander et d'obtenir tout ce qu'elle souhaite et ce aux détriments des salariés.


Adhérents de la CFDT, votre syndicat est-il bien un syndicat de salariés ou n'est-il pas en fait un syndicat patronal ?

Commenter cet article