Avec Total la politique fiscale du gouvernement prend tout son sens :

Publié le par gafreddy

 

Madame Lagarde vient de se réjouir sur RTL qu'une entreprise française comme Total puisse réaliser 14 milliards d'euros de bénéfices et qu'en qualité de Ministre de l'Economie elle n'avait pas à commenter les décisions prises par le Conseil d'Administration d'une société privée.


Cependant, madame la Ministre de l'Economie n'a pas parlé de sa politique fiscale qui conduit à augmenter ce pactole au détriment du budget de l'Etat et des collectivités territoriales.


En ce qui concerne le budget de l'Etat, le bouclier fiscal va priver l'Etat d'une partie des impôts à attendre sur ces profits et ce d'autant plus que les impôts locaux sont annoncés en hausse. Ainsi les dirigeants et actionnaires de ce groupe qui vont toucher des rémunérations et dividendes sur ce profit énorme ont de grande chance de payer moins d'impôt du fait de l'augmentation de la fiscalité locale. Pire, en cas de profits exceptionnels, le bouclier fiscal incite les dirigeants d'une société à se donner plus de rémunérations dans le but d'être couvert par le bouclier fiscal.


Pour les collectivités locales ensuite avec la suppression annoncée de la Taxe professionnelle. Il va de soi que Total, comme toute les entreprises françaises va bénéficier de la suppression de la Taxe professionnelle annoncée par le Président de la République, supprimant de ce fait une source de revenus pour les collectivités locales. Même compensée par l'Etat, cette suppression va priver les collectivités des surplus de taxes engendrés par les super-profits puisque l'Etat ne compensera qu'en fonction des sommes perçues les années antérieures et indexées sur d'autres critères que ceux relatifs aux bénéfices des entreprises.


Cet exemple montre bien comment la politique fiscale du gouvernement accentue les effets de la crise économique : par le bouclier fiscal et la suppression de la taxe professionnelle les super-profits générées par les entreprises bénéficiaires de la crise ne compenseront pas les pertes réalisées par les entreprises victimes de la crise le tout accentuant la récession et les déficits publics.


Bien entendu le gouvernement va tenter d'expliquer que ces bénéfices vont être investis en grande partie par la société bénéficiaire dans l'économie et que cela va contribuer à relancer l'activité et la croissance. Cet argument est faux puisque du fait de la chute du cours du pétrole la société va augmenter ses fonds propres pour anticiper une baisse des profits à venir. De même Total va investir dans la recherche et la prospection de gisements mais cela ne se fait pas en France. Enfin, seule la recherche sur les bio-carburants va peut-être faire bénéficier le pays d'une infime partie des profits réalisés. Cependant les sommes injectées directement dans l'économie française seront moins importantes que celles provenant des impôts limités ou supprimés.


La Guadeloupe, la Martinique et la Réunion sont ou vont être en grève générale pour des augmentations de salaires et des aides directes à l'économie. Le reste de la France prévoit de se mobiliser le 19 mars. Il est temps d'agir.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article