Restructuration dans la grande distribution encouragée par la politique du gouvernement

Publié le par gafreddy

 

Dans un article du 13 mars 2009 archivé sur ce site nous annoncions des plans sociaux dans le cadre de la grande distribution, avec départs volontaires, restructurations et licenciements économiques.


Face à cette perspective peu réjouissante, le gouvernement bien loin de prendre des dispositions pour éviter cette catastrophe sociale a encouragé cette politique de restructuration par le biais du bouclier fiscal, de l'ouverture des magasins le dimanche et la diabolisation des grandes surfaces dans le cadre des prix fixés vis à vis des fournisseurs.


En effet, le bouclier fiscal incite les grands actionnaires à accroître les gains de productivité de leurs hypermarchés dans le but d'augmenter leurs profits sans payer plus d'impôts grâce au bouclier fiscal. Cela explique pourquoi Auchan et Carrefour ont déjà annoncés des plans de restructurations important qui, dans un premier temps, se feront sans destructions d'emplois, mais par des mutations et départs volontaires.


Cette pression à la compétitivité est accentuée par le gouvernement avec sa volonté d'ouverture des magasins le dimanche. En effet, ouvrir les supermarchés le dimanche constitue des coûts supplémentaires qui nécessitent encore plus de gains de productivité pour que cette ouverture engendre des bénéfices. Aussi, le développement des caisses électroniques et la réduction des tailles des magasins sont indispensables pour pouvoir rentabiliser les ouvertures les dimanches et jours fériés tant souhaités par Nicolas Sarkozy et l'UMP qui n'ont toujours rien compris à la réalité économiquue contemporaine.


La meilleure preuve de cette non compréhension c'est le fait que le gouvernement diabolise les grandes surfaces dans le cadre des prix fixés vis-à-vis des producteurs et donne ainsi une image déplorable de la grande distribution qui commence à se faire ressentir vis-à-vis de la clientèle.


Maintenant que les plans sociaux et restructurations sont annoncés on pourrait imaginer que Nicolas Sarkozy et le gouvernement prennent de véritables mesures pour relancer la consommation dans les hypermarchés et éviter les restructurations massives comme : une augmentation du SMIC et des minimas sociaux pour relancer la consommation, l'instauration d'une période de huit ou quinze jours en septembre autorisant les super et hypermarchés à effectuer des ventes à pertes, instaurer une taxe sur les entreprises ne faisant de la vente que sur internet pour équilibrer la concurrence, renoncer à l'ouverture du dimanche au profit d'une possibilité de fermetures plus tardives (23 heures) pour inciter les consommateurs à se rendre dans les galeries marchandes sans surcout pour l'entreprise.


Mais rien de tout ceci ne sera mis en œuvre car ce n'est pas la priorité du gouvernement. La priorité pour Nicolas Sarkozy n'est pas de préserver des emplois mais de préserver les rentes des artistes en faisant voter la loi Hadopi.


650.000 jeunes vont se présenter sur le marché du travail en septembre. Après la grande distribution et la Poste qui a annoncé une baisse de ces objectifs de recrutement, les banques commencent elles aussi à annoncer des plans de départs volontaires comme la banque ACCOR. Aussi, au lieu de se focaliser sur le téléchargement illégal l'UMP devrait plus se soucier du problème de savoir où vont aller les 650.000 jeunes qui arrivent sur le marché du travail et ce que vont devenir toutes les victimes des restructurations prochainement condamnés à rester chômeur jusqu'à l'âge de 67 ans...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article